LERAY

LERAY

LERAY

Leray2

Leray2

Leray2

Leray3

Leray3

Leray3

Leray4

Leray4

Leray4

Leray5

Leray5

Leray5

Leray6

Leray6

Leray6

Un artiste :

Vincent LERAY – Nantes, Loire-Atlantique – FRANCE

www.vincent-leray.com

Une oeuvre :

Série les écologiques – ZOOMORPHIE – Corse – FRANCE

Démarche :

Zoomorphie, Glissement, métissage, hybridation.

 

Depuis le milieu des années 90, Vincent Leray développe une oeuvre qui tisse des rapports singuliers avec le monde maritime.

Sa production artistique se nourrit à partir d’une mémoire collective ou d’une histoire personnelle avec les milieux du littoral.

Son vocabulaire plastique, marqué par une approche conceptuelle, se décline autour d’un élément emblématique : l’empreinte géométrique d’un motif étoilé ciselé en creux ou en relief sur la structure calcaire des oursins.

Délivrée de la masse organique, l’équivalence minimale du dessin étoilé se propage entre l’étendue du paysage naturel et l’architecture de l’espace construit.

À travers les situations de rencontres des lieux où des milieux susceptibles d’intégrer une présence de l’oeuvre, chaque métamorphose du corps étoilé (r)établit un réseau de relations autour d’un univers maritime.

À l’origine d’un projet, il est toujours question d’observer une situation en visant des enjeux ethnologiques, poétiques ou critiques de l’environnement marin.

Loin de se confiner dans le seul champ d’un vocabulaire artistique, le langage polysémique de l’oeuvre cherche à explorer les potentiels d’applications de l’objet pentamère.

Aux caractéristiques classiques appartenant à la sculpture se superpose une dimension d’usage et d’instrumentalisation où l’appareil étoilé trouve sa fonction à travers une relation avec un utilisateur.

Instrumentalisé selon un degré de servitude plus conceptuel, par un processus d’appropriation littéraire qui utilise lecture à double sens, analogie ou glissement sémantique, le pictogramme étoilé peut s’insinuer dans un langage narratif toujours en résonance avec un espace maritime.

Selon un principe qui cherche à associer textes et images, ces combinaisons peuvent créer un rebondissement, une nouvelle signification qui va dépendre d’un contexte d’exposition.

Le déplacement physique, le voyage, la notion d’espace et de temps ont contribué à développer une pratique photographique autour du paysage littoral.

Sensible aux mouvements absurdes du monde, à l’intensification des activités humaines qui dégradent les écosystèmes marins, le projet soulève les questions écologiques de notre temps.

Oscillant entre arts visuels et littérature, entre sculpture et instrument, le glissement de sens de la forme pentamère peut révéler une existence autonome ou un métissage hybride engendré par la dépendance d’un contexte.

Ouvert à de multiples régimes de lectures, Zoomorphie est un projet toujours en cours qui s’élabore selon une pratique située à la frontière entre plusieurs disciplines, croisant tous les médias.